11 thèses pour en finir avec les crapules

11 thèses pour en finir avec les crapules

1. Bien souvent, un fait anodin de l’actualité provoque en nous un sentiment de colère. « La vérificatrice générale Guylaine Leclerc montre du doigt des « situations préoccupantes » dans la rémunération des hauts dirigeants des sociétés d’État du Québec, dont le versement d’indemnités de départ « négociées à la pièce » ou encore de « primes à la signature (bonis) » qui ont été dissimulées au regard des élus de l’Assemblée nationale. » Un mot me vient spontanément en tête: les crapules. Il faut parfois faire confiance à ses délires, en esquissant une réponse pour surmonter une situation intolérable, du moins en imagination.  S’amorce alors une réflexion accélérée où les idées se bousculent et se tissent de façon inédite. Y’en a marre, il faut en finir avec les crapules.

2. La question des salaires des dirigeants des sociétés d’État n’est pas seulement une « situation préoccupante »; nos sociétés d’État sont littéralement hijackées par des élites qui se se versent allègrement des récompenses entre eux, en accumulant leurs privilèges honteux de façon tout à fait désinvolte. Par exemple, Investissement Québec « a octroyé en indemnités de départ un montant total de 875 000 $ à deux hauts dirigeants », et tout ça en cachant ces informations dans l’opacité la plus totale. Disons-le sans ambages: c’est totalement indécent.

3. On aime parfois se dire social-démocrate et regarder du côté de la Suède, mais on devrait d’abord imiter leur culture de tolérance zéro en matière de corruption des dirigeants. Rappelons ce fait cocasse. « Fin 1995, Mona Sahlin, numéro 2 du gouvernement social-démocrate, est forcée de démissionner pour avoir réglé quelques courses, dont une barre chocolatée, avec sa carte de crédit de fonction. »

4. Il faudrait lancer un nouveau mouvement social anti-corruption, afin de ne pas laisser la droite populiste occuper ce terrain. Il y a des mouvements écologistes, féministes, antiracistes, autochtones, LGBTQ+, etc., mais pas de véritable mouvement social organisé qui revendique des réformes radicales de rémunération des élus, dirigeants des sociétés d’État ET des entreprises privées. Quelques exemples de revendications: plafonnement des salaires à 150 000$ pour TOUS les dirigeants, employés et cadres des sociétés d’État, et ratio 1:30 pour la rémunération des cadres d’entreprises privées. Des mesures modérées, bien sûr, mais qui vont faire crier les membres du 1% et les pleurnicheurs habituels qui pullulent l’espace public. Il faudra bien sûr calculer les économies d’argent suite à l’adoption de telles mesures, lesquelles pourraient servir à financer les écoles et la transition écologique. Ce sera la première étape au sein un processus plus large visant à relégitimer des taux d’imposition confiscatoires pour le 1%.

5. Comme moyen d’action privilégiée, il faudra créer une plateforme web en mode crowdsourcing, afin d’accélérer le dévoilement de l’identité des gens qui se sont donné des cadeaux à même les coffres publics, et les inviter à gentiment à faire un don à Centraide ou une autre organisation spécialisée dans la lutte à la pauvreté. Si les privilégiés refusent, d’autres actions directes pourraient être envisagées pour augmenter la pression et accroître leur sentiment de culpabilité (manifestations, shaming, milkshakes, doxxing, etc.), notamment par l’usage de hashtags plus ou moins provocateurs comme #Crapule, à l’instar des mouvements #MeToo et #BalanceTonPorc. On dit souvent qu’il ne faut pas culpabiliser les gens, mais aujourd’hui cela s’avère tout à fait nécessaire et légitime pour changer des moeurs, les pratiques et la culture de silence qui reproduit la corruption des institutions.

6. Cette plateforme pourrait être nommée Plateforme Anti-Crapules, et s’inscrire dans un mouvement Mouvement Anti-Crapules (MAC) plus large. La formule peut s’avérer un peu dure et choquante, et c’est précisément le but de ce mot qui permet aussi de bien nommer une réalité sociale. Rappelons la définition du mot crapule (Antidote): « individu très malhonnête, sans scrupules. Une crapule bien connue dans le milieu. La crapule : vieilli – l’ensemble des gens aux mœurs malhonnêtes. » Il faut préciser ici que le but n’est pas seulement de jeter la honte sur les crapules, mais de transformer le cadre légal, politique, économique et culturel qui permet aux crapules d’opérer en toute impunité.

7. La crapule n’est pas une personne méchante et mal-intentionnée, mais le produit d’une culture qui valorise l’accumulation de l’argent, et reproduit les privilèges sociaux, économiques et politiques de hauts dirigeants qui butinent d’un conseil d’administration à l’autre au sein des organisations privées, publiques et à but non lucratif. Les crapules sont bien organisées, elles se connaissent souvent et s’échangent des services, tout en respectant le « cadre légal » et codes de déontologie rempli de trous. Pour ce qui est de la morale et de la vertu civique, les crapules s’en fichent royalement. Les crapules ne sont pas des criminels, mais ce sont des crapules tout de même.

8. Mais la crapule n’est pas qu’un être amoral; c’est une créature sociale, qui existe à cause de rapports sociaux de dominations bien précis : capitalisme, colonialisme, sexisme, racisme, etc. Mon petit doigt me dit que suite à une campagne virale de dénonciations des crapules, celles-ci seraient en majorité des hommes blancs très aisés, et de quelques femmes bourgeoises. Bien sûr, les crapules peuvent être de n’importe quelle couleur, genre ou orientation sexuelle, mais elles viennent tout de même d’une classe sociale déterminée. Le mot crapule est avant tout une expression coquine pour désigner certains membres du 1% qui osent assouvir leur pulsion d’accumulation à même les deniers publics. Leurs gestes immoraux doivent être perçus comme tel et dénoncés avec la plus grande fermeté. À défaut de pouvoir combattre le 1% dans sa totalité, aussi bien couvrir de honte les pires de leur gang.

9. Le mouvement anti-crapules s’inscrit dans une démarche de désobéissance civile non-violente de masse, basée sur la production participative (crowdsourcing), l’entraide, la dignité, la justice sociale, la solidarité avec les lanceurs d’alertes, et la créativité en matière d’actions collectives. Le MAC vise à amorcer un large processus de laïcisation anticapitaliste, qui consiste à séparer l’État du pouvoir des crapules qui usent des recettes de l’entreprise privée et leur soif d’enrichissement personnel au sein des institutions publiques. Alors que plusieurs se chicanent sur le port des signes religieux ostentatoires, notre mouvement vise à rendre ostentatoire l’appropriation privée de la richesse collective.

10. Le fait de rendre visible a culture des crapules est double: il ne s’agit pas d’agressions physiques sur des individus, mais de micro-agressions opérées à même les budgets de nombreuses institutions et dont les effets restent diffus et cachés. On paye collectivement, à coups de micro-vols sur nos taxes et nos impôts, des individus grassement payés qui se foutent pas mal de la morale publique. Aux gens qui cherchent à forcer le dévoilement de femmes musulmanes au sein des institutions publiques, il faut opposer une action de masse visant à systématiser le dévoilement public des crapules. Il faut bien finir par reconnaître la réalité de l’oppression capitaliste qui facilite la mainmise des crapules sur les institutions et qui profitent de notre #CultureduViolCollectif. Pour le dire brutalement, on se fait collectivement fourrer, ou pour le plus plus poliment, on se fait manger la laine sur le dos.

11. Avez-vous d’autres idées pour construire ce mouvement? L’action collective est le meilleur bon remède pour sortir de la déprime, de la colère et de l’anxiété généralisée. Ne laissons plus les crapules pirater l’État comme elles le font devant notre indifférence collective; organisons la résistance, et merci encore madame la Vérificatrice générale! Lanceurs d’alertes de tous les pays, unissons-nous! Renversons la crapulocratie!

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
wpDiscuz