Les trois grandes familles

Les trois grandes familles

En dernière instance, il y a trois grandes familles politiques: la gauche (socialiste), la droite (néolibérale), et le national-populisme (conservateur ou d’extrême droite). Chaque tendance cherche à renvoyer les deux autres dos à dos : pour le nationalisme conservateur (ou le facho), la gauche comme la droite jouent le jeu du mondialisme libéral multiculturaliste, qui détruit les nations et les traditions. Pour le centre ou la droite d’inspiration (néo)libérale, la gauche comme l’extrême droite représentent deux formes de populisme (voire de totalitarisme), qui menacent les institutions, la démocratie et les libertés individuelles. Enfin, la gauche cherche à sortir du cercle infernal où les deux grandes options hégémoniques sont l’ordre néolibéral avec un soupçon de progressisme (Clinton, Trudeau, Macron), puis le populisme autoritaire qui se présente en fausse alternative face au « système » (Trump, Le Pen, Alt-right et compagnie).

Dans cette perspective, le travail idéologique de la gauche consiste à montrer qu’elle n’est pas « l’idiot utile » de la mondialisation néolibérale ou une simple forme d’extrémisme potentiellement violent, mais la seule alternative démocratique à la fausse dichotomie qui oppose capitalisme destructeur et barbarie néofasciste, car ces deux logiques se nourrissent mutuellement. La gauche doit pleinement assumer son appel à la transformation sociale et à la refondation des bases démocratiques de la société, tout en liant ses revendications concrètes aux souffrances vécues, au sens commun et à ses objectifs de dépassement du système en place. C’est la quadrature du cercle d’un réel changement du système.

En d’autres termes, la gauche doit recadrer le débat public en fonction de son projet politique pour mettre en relief les options réelles qui s’offrent à nous : la stagnation morbide d’un système qui reproduit des inégalités indécentes et accélère le dérèglement climatique, le triomphe de la peur et la fermeture immunologique des frontières pour protéger de façon désespérée une culture nationale au milieu de la catastrophe écologique, ou encore le saut vers la liberté, la démocratisation des pans entiers de la société, l’affirmation de l’égalité, la résilience des communautés locales, et la reconstruction d’une commune humanité. À mon sens, c’est le seul projet social viable et désirable ; la seule question est de le rendre réalisable, en commençant ici et maintenant.

Poster un Commentaire

1 Commentaire sur "Les trois grandes familles"

Me notifier des

Refuser le clivage gauche – droite…pour le remplacer par une horizontalité complexe, plurielle, enracinée, et démocratique (directe) qui s’oppose à la verticalité aristocratique et oligarchique.

« Ce jeu qui divise l’échiquier politique entre centre-gauche et centre-droit, et où faire de la politique serait se placer à l’extrême de je-ne-sais-qui, ça ne sert qu’à faire gagner la banque. Nous disons : il existe une majorité sociale ; ceux d’en bas contre ceux d’en haut. » https://www.revue-ballast.fr/refuser-clivage-gauche-droite/

wpDiscuz